Souffle Mots

Souffler les mots, une passion, le rêve d'un métier

L’Arctique, une biodiversité menacée ?

Salut !

Voici enfin l’inauguration d’une nouvelle partie de ce site : Expédition en Arctique 2010 !!

Tout ayant débuté par un concours sur le thème « L’arctique une biodiversité menacée » je tenais à entamer cette partie par cette lettre qui m’a permis de gagner un voyage en Arctique cet été 2010.

Effrayée tout d’abord par l’idée de partir aussi loin j’avais écrit la lettre plus par plaisir. Ce n’est que le dernier jour que je l’ai donnée : heureusement !

Tous les textes de cette catégorie seront accompagnés des photos prises par moi même cet été ou une amie qui est partie avec moi.

Qu’en pensez vous ?

Bye et bonne lecture.

______________________________________

Lettre ouverte.

Chers citoyens et citoyennes de l’environnement ;

Assise au milieu d’un café, penchée sur cette feuille blanche comme l’Arctique, j’écris.
Bientôt que subsistera-t-il de cette région de glace, miroir de l’activité humaine, la votre, la mienne?
Dans quelques années peut-être ne restera-t-il plus qu’une vaste étendue d’eau, qu’un grand désert inhabité, preuve de notre égoïsme qui nous mène jusqu’à oublier l’existence tranquille de certaines contrées, de quelques peuples, et d’une nature qui s’essouffle.

Je lève ma plume, blessée par une troublante vérité.
Et si demain ces caractères dérivant sur ma feuille blanche étaient les seuls souvenirs que je pourrais transmettre à mes enfants, les derniers icebergs ?
Et si dans quelques années, un enfant vous posait cette question fatidique : «C’est quoi l’Arctique ?»
Faudra-t-il lui répondre que cela n’existe plus, que notre dernière bougie d’espoir, celle nous guidant dans le noir s’est éteinte, consumée par nos désirs de richesse et de pouvoir ?
Dîtes-moi, qu’est-ce que le pouvoir aujourd’hui si l’on est même plus capable en le possédant de préserver un peuple de l’exil ?
Je ne voudrais pas plus tard présenter à cet enfant de simples photos, de simples articles scientifiques datant du temps où tout n’était pas encore fini mais où le destin restait à se jouer.

L’Arctique n’est-il qu’un simple nuage, égaré entre nos grossières mains d’Hommes resserrant sur lui notre étreinte pour mettre à jours ses secrets et son or noir ?
Ou plutôt devrais-je dire : Condamnerons nous ce blanc nuage à être le témoin de la noirceur de quelques âmes qui très vite, avant 2050, finiront par le crever, libérant alors le torrent de sa peine dans l’océan ?
Il est vrai que cette région est considérée par tous les éminents chercheurs comme le thermomètre de l’activité humaine ; ne savons nous donc pas lire la température ?
Je vous le dit comme on a dû le dire des centaines de fois : l’Arctique sue à grosses gouttes.
Elle transpire et ploie sous le poids de la menace, pilier de l’équilibre chimique, physique et biologique de notre planète.
Sommes nous obligés d’imposer notre empreinte en chaque lieu de la planète ? L’Arctique a toujours été une région sauvage, exempt de nos imposantes métropoles, couvertes simplement d’un drap vierge, de quelques villages autochtones et d’une profusion d’animaux uniques : qu’elle le reste !
Dans cette région du monde la population est d’environ quatre millions d’habitants. Je ne vous ferai pas l’affront de vous interpréter ce chiffre ; il parle de lui-même : quatre millions d’Hommes que l’on occidentalise, quatre millions d’Hommes avec des rites, une culture, un passé, quatre millions d’Hommes qui tous ont pour terre l’Arctique.

Cependant sur cette contrée ne vivent pas simplement des peuples mais aussi une faune à l’incroyable diversité : des ours polaires, des rennes, des renards et des lièvres ; autant d’espèces en voie d’extinction qui un jour peut-être, comme l’Arctique, ne seront dans l’esprit de nos enfants que de simples mythes.
Pour l’instant l’Arctique est un immense bouclier car sa blancheur réfléchit la lumière du Soleil. Mais regardez comme on le crible de flèches empoisonnées ! Combien de temps nous reste-t-il avant de le voir exploser ? Vingt, trente, quarante années ? Dans un cercle vicieux nous sommes emprisonnés.
Plus le réchauffement climatique s’accélère plus l’Arctique libère du dioxyde de carbone et plus la surface réfléchissant la lumière diminue.
Quels sont ces poisons que l’on injecte en elle, ces polluants qui dérivent sur ses mers ?
Je ne demanderai qu’une chose ; si le devenir de l’Arctique vous importe peu pensez à vous même.
La fonte, même entière, de cette région n’entrainera pas la montée des océans car étant constituée en grande partie d’eau salée sous forme solide. Toutefois l’Antarctique est tout aussi menacée que l’Arctique et si les glaciers du pôle Sud venaient à disparaître, étant constitué d’eau douce, cela engendrerait inévitablement une montée des eaux de plusieurs mètres créant alors de nombreux réfugiés climatiques ; qu’ils soient riches ou pauvres.
Nous avons tous quelque part dans le monde un lieu auquel nos sentiments, nos souvenirs, nos espérances et nos désirs sont attachés, un lieu que nous ne voudrions pas voir disparaître.

Combattons pour cette part de nous même qui vibre avec la Terre, ce coin reculé de notre cœur qui nous lie à la nature. Combattons ensemble car l’espoir vie encore, il brille dans nos regards tournés vers le nord.
Aujourd’hui plus qu’à m’importe quelle autre date nous devons nous mobiliser pour réagir face à la menace que nous faisons planer au dessus de notre propre avenir.
Aujourd’hui un bataillon doit se lever et s’apprêter au combat, à une guerre non pas contre une autre civilisation mais contre la folie de nos esprits. Pour la première fois cette guerre ne se voudrait pas meurtrière et n’aurait pas pour unique objectif de conquérir un territoire mais plutôt de le protéger.
Pour la première fois nous devons faire la guerre pour la paix.

J’en appelle à vous tous : hommes, femmes, enfants ; quelle que soit votre statut, votre nationalité, votre condition financière ; aussi hautes que soient les montagnes vous isolant, aussi vastes les océans vous séparant, jamais leur taille ne doit atteindre l’ampleur de votre espérance.
Cette guerre visant à l’accord, si l’on ne peut prétendre à l’osmose, entre l’espèce humaine et la Nature, elle ne peut se mener que dans l’union de nos multitudes de civilisations ; les armes du changement ne peuvent être brandies que si nous prenons conscience qu’au delà de nos différences nous sommes tous frères, non pas de sang mais de Terre, que si, au fin fond du monde, un pays isolé et inconnu est submergé, alors le notre aussi le sera, quelque soit notre puissance.
Que l’on soit prince ou mendiant la conséquence sera la même : on dormira les pieds dans l’eau.
Peut-être que la troisième Guerre-Mondiale sera environnementale…
Petit à petit quelques cœurs se mettent en marche, quelques pas sont posés sur l’Arctique non plus dans le but de l’exploiter mais de juger des dégâts commis.
On a fait des erreurs, on les a tolérées, puis enfin on les a a observées, on a tenté de les dénombrer mais il y en avait trop. Il est temps désormais d’agir !
Avec la conférence de Genève la première offensive a été lancée et c’est un effort mondial qui est désormais déployé pour diminuer les émissions de dioxyde de carbone et de ce fait l’effet de serre.

Je sors du café. J’espère.
J’espère qu’un jour les Hommes comprendront que l’on ne peut pas vivre sans planète…et je prie pour que ce jour soit aujourd’hui.
L’Arctique n’est pas encore morte : ses millions de cœurs battent.
Entendez les !

There is currently one response to “L’Arctique, une biodiversité menacée ?”

Why not let us know what you think by adding your own comment! Your opinion is as valid as anyone elses, so come on... let us know what you think.

  1. 1 On septembre 18th, 2010, Jacky said:

    chère talisman

    Là, j’ai été vraiment trés ému.
    Pas trop surpris, tu nous a habitué
    à ce grand talent d’écriture..
    tu fais encore de grands progrès dans la clarté
    du texte !
    Mais là, il y a la maturité de l’adulte qui pointe

    Dîtes-moi, qu’est-ce que le pouvoir aujourd’hui si l’on est même plus capable en le possédant de préserver un peuple de l’exil ?

    C’est déjà une position politique !

    Voilà la solution du problème
    elle est loin dêtre simple
    J’aime votre génération surprenante
    j’ai deux fils de 20 et 25 ans
    ils m’apprennent tellement sur le futur…

    Tes photos sont trés trés belles
    je vais suivre ce feuilleton avec beaucoup d’intêret
    Je pense que ce voyage t’a changé à jamais
    car tu as vu ce que trés peu voient
    L’état de nature criant de vérité

    Tu te sers admirablement de l’émotion sans tomber de
    des considérations larmoyantes et ce n’est pas si facile

    Je t’envoi ma sincère admiration pour ce trés beau travail

    Mes respects
    a+
    Jacky

Leave a Reply