Souffle Mots

Les avions de Damas

5th novembre 2013

Les avions de Damas

Salut !

Ça y est je suis nancéenne ! Maintenant à chaque fois que l’on me demande d’où je viens je ne sais plus que répondre ^^ Paris ?  Beausoleil ? Pourtant j’appartiens aussi à Marseille et la Bretagne.

A Nancy…il fait froid et pour rentrer chez moi j’ai l’impression d’être à l’autre bout du monde. Bon je me plains mais il y a des avantages à être en école d’ingé : il y a beaucoup moins de boulot (d’un côté ce n’est pas possible d’en avoir plus qu’en prépa). Néanmoins c’est étonnant comme on le remplit ce temps libre !  Jusqu’à manquer de temps !

J’ai quand même plus la possibilité d’écrire. Je vous présente alors aujourd’hui un texte écrit en septembre, à la suite d’un événement dont vous avez tous certainement entendu parler. Ce thème m’est venu de Jacky, que je remercie.

Bye et bonne lecture !

______________________________________

Les avions de Damas.

Je refuse…

Ces mots que l’on nous dicte, crissement de la plume sur la feuille tandis que s’envolent des avions de papier. Ne les voyez-vous pas tourbillonner ? Ils portent sur leur dos les rêves d’enfants égarés.

Je refuse…

La ligne droite précédant le point, chemin rectiligne de nos vies ; le pliage à angle droit, copie conforme d’un modèle prédéfini. Les rêves donnent à l’avenir une courbe unique.

Je refuse…

La pluie tombant sur les feuilles et l’espoir qui glisse. Tous ces corps alignés, ces avions de papier. De leurs lignes coule de l’encre.

Je refuse…

Les pieds qui foulent les feuilles et froissent les rêves pour ne plus jamais les entendre voler. Comme il est doux le bruit des plumes caressant l’air ; et simple, lorsqu’elle est à terre, d’écraser la vie. Ils devaient avoir peur de ces oiseaux en papier pour que leur bottes soient, si vite, maculées d’encre.

Je refuse…

L’asservissement des consciences, ces regards qui se détournent du ciel pour se pointer sur le sol et nier l’existence d’un battement d’aile, d’un frémissement au fond d’eux même qui les appelle et les effraie : « Et si j’avais levé les mains, en coupe, pour les rattraper ? » Poussé par la tempête même la raison peut chavirer.

Je refuse…

D’accepter.

Je refuse…

De me taire.

Wikicommons, Jordanbaker30

C’était le 21 Août. Le jour de mes 20 ans et celui de la chute des oiseaux de papier.

C’était le 21 Août : je faisais la fête quand d’autres mouraient. J’ignorais. Suis-je pour autant moins coupable ?

Depuis vingt ans j’ai couvert des pages et des pages d’encre ; des feuilles et des feuilles qui ne savent pas voler, qui n’ont pas de vie. Peut-être autant que le nombre d’avions écrasés sur le sol. Comme ils sont lourds leurs corps inertes gorgés d’eau, presque autant qu’une plume gorgée d’encre sur laquelle repose le poids des responsabilités.

Qu’écrire ? J’ai oublié. La nuit tombe et je ne distingue plus les avions. A peine le frôlement de la plume, un battement d’aile surgi du passé.

A quoi bon graver l’horreur sur la feuille alors qu’elle est là, si proche et si loin, dans le crépitement des radios et les pixels des télévisions ?

Je refuse.

Ce sont des rêves que je veux écrire , un peu d’espoir à suspendre aux ailes des avions en papier. Je veux souffler avec ma plume, souffler si fort qu’un instant ils s’envoleront au dessus des nuages en pleurs, de l’autre côté de l’océan. Petite lorsque je me réveillais en sueur d’un cauchemar il y avait toujours dans mon cou le souffle chaud de ma mère, rassurant.

Tout cela n’est rien, juste un peu d’encre et une feuille. Mais peut-être que grâce à eux, si l’on m’entends, je pourrais donner vie à mes avions de papier.

Pour les voir s’envoler.

Wikicommons, Moondyne

posted in Petits textes | 9 Comments

23rd août 2013

A la poursuite du papillon

Salut !

Les vacances se terminent, elles furent courtes mais bien remplies et j’ai pu fêter dignement mes 20 ans ! Cette année je vais à Nancy, à l’ENSAIA (sauf modification de dernière minute), une école d’agronomie.

Le texte que je vous montre aujourd’hui a été écrit après les écrits, durant le week end de la pentecôte, léger répit avant la reprise des cours. Pour l’écrire je m’étais installée dans le jardin du foyer à cette période où le temps semblait hésiter entre la pluie et le soleil. L’idée de ce texte m’a été donnée par Jacky, fidèle lecteur de ce site.

Les photos qui l’accompagnent ont été prises au bois de Boulogne et au Crouesty en Bretagne cet été.

J’espère qu’il vous plaira,

Bye et bonne lecture !

_____________________________________________

A la poursuite du papillon

Il y en avait deux. Deux cages. Une à quelques centimètres de moi et l’autre à plusieurs mètres. Presque alignées dans l’horizon courbe de mon regard on aurait dit qu’elles se répondaient. Peut-être regrettaient elles la distance les séparant, deux sœurs exilées ; ou bien pleuraient-elles cette absence, ce vide au fond d’elles, papillons envolés.

Seules subsistaient quelques pétales tombées du ciel, d’un nuage en fleur ou d’un arbre qui s’éveille, souvenir d’un temps déchu, d’un amour qui s’est mû en bruissement d’aile. Instant d’éternel.Puis la pluie avait commencé à battre la mesure et des gouttes à glisser le long des barreaux, comme si elles souhaitaient les enlacer, les rendre aussi fluide qu’elles l’étaient. Dans les cages même la pluie se fanait.

L’éphémère d’une vie ne se capture pas.
Ni la douceur du soleil,
Ni la tourmente d’un orage,
Ni le murmure de l’eau à nos oreilles
Pas plus que le pépiement des oiseaux ;
Ni les regards qui se croisent, floraison du désir,
Ni les corps à l’abandon.
Et jamais l’envol du papillon.
Alors pourquoi cette plume dans ma main ?

Soudain il était apparu, étrange vision dans un paisible jardin. Sa fourrure avait le gris des nuages, être sans contours qui gronde mais ne fait reculer les murs, masse sombre où perçaient deux yeux me fixant, prisons des mondes.

Je n’essayais pas de le caresser. On n’apprivoise pas la liberté.Alors tout devint flou, eau qui embrume nos regards, dilue la réalité tel l’encre sur ma feuille, images troubles de surfaces qui s’étirent et se compriment dans le creux de nos pupilles, comme un rêve pris de folie ; une distorsion de l’esprit…je cours.

Mes griffes pénètrent dans la terre meuble sur laquelle je prends appui pour mieux m’élancer. Un battement de paupière puis tout disparaît : les murs encerclant le jardin, les habitants, les voitures et le bruit assourdissant de la ville. Il ne reste que la route déserte bordée d’immeubles si grands qu’ils semblent masquer le ciel.
Mais les papillons toujours plus haut s’élèvent.Je sens tout mon corps en mouvement, chaque muscle, chaque fibre, le vent qui glisse autour de moi, semble me happer ; l’humidité encore présente sur la fourrure et les gouttes d’eau qui s’envolent. Prise de vitesse.

Alors dans le silence de la ville fantôme naît un orchestre. Écho d’un cœur ou de battements d’ailes ?

Lentement les forêts succèdent aux villes, les plages de rochers aux falaises escarpées, les déserts brûlants aux plateaux enneigés. Tout se mélange et se confond, les paysages et les saisons, les flutes et les violons.

Je vois des lacs de glace couverts du sang de l’automne, des dunes ensevelies sous des pétales de roses…deux cages qui volent en éclats, des murs qui s’effondrent, des étangs de verre qui se brisent telles les gouttes d’eau sur ma feuille, des barreaux qui fléchissent puis perdent toute consistance.
J’entends un loup qui hurle à la Lune de le laisser s’envoler rejoindre les papillons, une bête humaine qui refuse les frontières et les murailles, les limites de l’imagination, ce rêve en cage qu’un enfant laisse s’enfuir, le temps de quelques lignes, de quelques paysages…Et puisque le loup ne peut s’envoler, le papillon sur ma plume vient se poser.

posted in Petits textes | 5 Comments

3rd octobre 2008

Douce caresse / Attrape Bonheur

Salut !

En français on a eu plusieurs textes à écrire ces dernières semaines, je me suis régalée :)

Alors je vous en présente deux aujourd’hui. Il fallait essayer dans le premier d’imaginer un texte où, comme Francis Ponge, on décrivait un objet ou un élément de la nature avant de donner son nom.

Dans le second, nous devions choisir un jeu de mot et le mettre en application. J’ai choisi le pentagramme, et comme disait Ponge : "Je ne choisis pas les sujets faciles". Cela consiste à écrire quelques lignes où chaque mot doit commencer par une lettre de l’alphabet, et bien sur dans l’ordre ! J’ai du m’y reprendre à deux fois car je ne pensais pas pouvoir insérer w x y et z.

Bye, et bonne lecture.

___________________________________________________

Douce caresse.

 

Accrochée fermement à la tête du Monde, elle ondule doucement, au gré du vent qui passe, tremblotante chevelure. Elle se plisse, elles se courbe, danseuse de la nature, dont la robe change lentement au cours de sa vie éphémère…

Fine femme fébrile, au froid ne résiste et devant la dureté des chocs, des poignes qui la tiraillent sans répit, un jour se déchire.

Cependant j’aime tellement me coucher sur son corps frissonnant et de mes mains caresser sa douce peau… mon herbe.

 













Attrape Bonheur.

 

« Attends Bonheur ! » Comme désespérée elle fuit, grande hirondelle insoumise. Jeune korrigan, les mains nues offrent pourtant quiétude, refuge, soutien. Transmettez une volonté, Wotan, Xiuhtecuhtli, Yahvé, Zeus !

 

 

 

posted in Petits textes | 8 Comments

26th juillet 2007

Changement

Salut,

Je suis en vacances en ce moment mais je prend quand même la peine de vous poster un texte.

Il est très court et sans fin réelle mais j’espère que vous l’apprécierez.

C’est encore tiré de mon agenda et je devais ce jour là (15 avril) écrire à partir d’un tableau. Désolé, je ne suis pas arrivée à retrouver l’image, je vous en met alors une assez similaire.

________________________

Comment suis je atterris ici, c’est une longue histoire. Tout commence un soir d’automne dans la grande ville de Marseille, il y a longtemps. Je sortais d’un bar , l’esprit rempli des ragots que l’on m’avait rapporté. Mais surtout, j’étais déprimé. On dit que boire fait oublier ses soucis, c’est faux, ils resurgissent peu de temps après plus douloureux encore. Je déambulais alors dans les rues sombres et inquiétantes, sans logis. J’en avais marre de cette vie où je travaillais sans relâche pour au final ne rien obtenir que la faim et le froid.

Après une heure de marche environ, j’arrivais sur un quai désert, seulement fréquenté par quelques chats de gouttières. Le silence régnait, contrarié de temps à autre par le grincement d’un mât. A l’horizon: la lune bienveillante et l’océan à perte de vue. la mer n’était agitée que d’une douce brise ce qui avait un effet apaisant.

Ce jour là je décidais de changer d’existence, totalement. L’océan m’appelait de son chant mélodieux et je ne pus lui résister. Plus de contrainte, plus de reproche, la liberté. Je traversais alors la passerelle comme guidé par un être supérieur, l’esprit embrumé, ne réalisant pas dans quel périple je me lançais. Je pénétrais ensuite dans la barque la plus proche et elle se mit à tanguer comme ma volonté. Mais songer au dur labeur qui m’attendait le lendemain me redonna courage. Je pris donc les rames et commençais à fendre la mer, traçant mon destin, avançant à l’aveuglette, seul mais déterminé. Mon aventure débuta à ce moment et pas une seule fois je ne remis en cause ma décision.

posted in Petits textes | 4 Comments

13th juillet 2007

Bah…moi :)

Salut!

Voila, sous la demande de Keitaro, je vous mets aujourd’hui un petit texte qui me décrit. C’était un exercice de mon "agenda de l’apprenti écrivain" (un truc formidable en passant) où il fallait que je mette en évidence trois aspects de ma personnalité (car il ne faut pas oublier que c’est le plus important).

Comme ça vous connaîtrez un peu mieux celle qui écrit tous ces textes :)

_______________________________

Elle est colérique et fougueuse cette jeune fille. Un corps emplit de vie, d’espoir et d’énergie. Quand elle se met en colère elle peut frapper et faire mal même à ceux qu’elle aime. Dotée d’une grande force de caractère elle défend fermement ses opinions ce mettant des personnes à dos si nécessaire. Si vous l’entendez chanter vous remarquerez qu’elle rejette en ce simple acte une multitude de sentiments. Ainsi il peut lui arriver d’hurler plus que de chanter. Parfois aucun mot ne sort de sa bouche mais elle mime les paroles et ses traits sont alors pleins de rage. Elle est simplement indomptable, animal sauvage.

Elle est si jeune et si fragile, petite fleur qui s’épanouit. Elle a besoin d’amour, d’affection, d’attention et de soutien. Elle est timide et parfois on dirait une enfant inconsciente des dangers du monde. Peu de personnes savent que sous son armure de glace se cachent des braises qu’il suffit d’allumer pour faire fondre sa muraille de givre. Pour tout dire, elle est mystérieuse, cette jeune pousse qui n’attend que le printemps pour s’épanouir.

Elle a de grands rêves cette petite femme: devenir écrivain, marquer l’histoire, voir la Terre renaître. De plus petits aussi comme se marier, réussir sa vie, ses études. Parfois elle écrit des textes vraiment morbides qui peuvent faire peur à son entourage mais pourtant elle en est fière. Elle n’accepte que les limites de l’imagination, ces limites qu’elle se fixe sans le vouloir, celle de la compréhension humaine. En parlant d’humain, ils l’a répugnent souvent, ses êtres sans coeur qui tuent et détruisent pour le pouvoir, pour le plaisir, pour l’argent! Elle arrive parfois à les haïr malgré qu’elle fasse partie de leur race et elle tente de se différencier d’eux le plus possible. Elle est folle cette étoile incompréhensible qui illumine ma vie.

posted in Petits textes | 2 Comments

28th juin 2007

La Volonté!

Salut! J

e voulais vous montrer un texte que j’ai écrit un jour il y a une ou deux semaines en permanence. Le but est que vous ressentiez des sentiments et si possible que je vous fasse "frémir" et si j’y arrive pas dîtes le moi. Peut être arriverez vous à trouver ce que cette jeune fille veut…

Bonne lecture!

_____________________________________

 

Je suis dressée face à la mer, la défiant de tout mon corps de venir me chercher. Autour, une tempête fait rage et la pluie tombe sur moi telle une rafale d’épées. Le vent tourbillonne sur la plage, s’écrasant contre moi et tentant vainement de me faire chavirer de mon promontoire. Les vagues rugissent et tendent leurs bras pour m’emporter dans leur repère, mais elles n’arrivent qu’à s’écraser sur les rochers qui dignement me protègent. Petit à petit, alors que les éléments se déchaînent, je rassemble mon pouvoir, le canalise tout au fond de moi. La nature est contre, elle ne veut pas que je le libère. Elle sait ce dont elle est capable d’accomplir, cette puissance sans limite nichée au creux de mon âme. Seulement elle ignore comment je vais l’utiliser et elle n’a en réalité pas à s’inquiéter. Je condense ma force et bientôt ce n’est plus qu’un point lumineux qui ne cesse de s’exciter dans mon esprit. Je ne peux plus la retenir et alors qu’un éclair fend l’air, je lui rends sa liberté: je hurle.

Non! Je ne suivrai pas mon destin. Je ne serai pas une fille banale, je ne serai pas comme tout le monde, je tracerai ma propre vie, sans prendre en compte le jugement des autres; nul ne choisira pour moi! J’ai un rêve et je le réaliserai quel que soit les efforts que je dois fournir; personne ne m’en empêchera! Vous n’avez pas le droit de me l’interdire! Mais même si vous le vouliez, vous ne pourriez pas m’arrêter: ma volonté est trop grande.

Tous ces sentiments fusent en un seul hurlement, bref mais à la fois si long. Mon coeur bat en rythme avec les pensées que j’y ajoute, alimentant ma colère et ma détermination. Jamais je n’ai crié ainsi; relâcher tout ce que j’ai en moi. Après cela je me sens légère. Une bouffée de chaleur m’envahit et étrangement je commence à vaciller. Je suis allée trop vite, c’était avec la plus grande délicatesse qu’il fallait libérer cette puissance. Accaparée par mes idées je n’ai pas remarqué que mon énergie chutait. Épuisée je tombe à genoux et pose mes mains à plats sur le rocher, mes cheveux dégoulinant d’eau. Mon cri s’est apaisé, emporté par le vent et désormais la tempête commence à se calmer. La nature a compris qu’elle n’a rien à craindre de moi tant que je ne dirige pas ma volonté contre elle. Alors l’orage se retire doucement, ne laissant derrière lui qu’une plage trempée et des embruns à la surface de la mer. Finalement je m’écroule par terre et murmure, pour avertir ceux qui voudraient se mettre en travers de mon chemin, avant de sombrer dans les ténèbres: "- Je le deviendrai, je le jure…"

posted in Petits textes | 8 Comments

26th mai 2007

Petit texte

Salut!

Voici un petit texte pour pas laisser mon blog trop longtemps sans nouvelle. Je ne lui ai pas donné de titre, ce n’est ni une histoire, ni un poème, juste quelques mots que j’avais écrit dans un petit moment de déprime et qui me plurent après…

Je voulais savoir ce que vous en pensiez, est-ce que je fais bien passer les sentiments? Encore une chose, vous inquiétez pas du thème, c’est exagéré!

______________________________________

Je pris ma plume et regardait, l’oeil vide de tous sentiments, la feuille blanche sur mon bureau. A chaque fois que j’inspirais c’était un poignard qu’on enfonçait dans mon coeur faisant progressivement remonter à la surface mes larmes et ma tristesse. J’ignorais la raison de mon désarroi. Dans la journée personne ne m’avait infligé de peine et même si parfois l’ennuie m’avait gagné à ma connaissance rien n’aurait pu provoquer l’état dans lequel je me trouvais. Plus envie de vivre, de sourire, d’avancer, envie de mourir, de disparaître. Je me sentais faible et seule. Et dans le tourbillon de sensations qui engloutissaient mon coeur je ne distinguais que la peur et l’incompréhension. Alors j’attrapais un morceau de papier dans le but de mettre à plat mes idées. J’empoignais mon stylo et sans difficulté commençais ce texte. Avant tout je voulais déverser mes sentiments, ne plus avoir ce poids en moi, faire fuir de mon âme en l’implantant dans un bout d’arbre. Petit à petit, comme guérie, ma tristesse se dissipait laissant au dessus de ce texte une jeune fille perdue et épuisée. Mais je ne pouvais m’arrêter, je ne devais pas m’arrêter d’écrire, car quand mon corps ou mon esprit n’étaient pas occupée je sentais une petite force taper contre mes paupières. Je la refoulais au fond de moi à l’aide de mots, à l’aide de phrase. J’avais envie d’oublier, quoi je l’ignorais. De disparaître, de m’endormir, ou de pleurer pour me vider. Mais rien n’y faisait, cette chose me rongeait de l’intérieur de l’intérieur, essayait d’attirer mon attention. Je résistais, tentais de la faire sortir, mais elle se raccrochait au petit coin de désespoir logé dans mon coeur où j’étais si faible. Je n’osais pas me relire, je n’osais pas stopper ni parler: j’avais peur de ce qui pouvait arriver. Alors une lueur d’espoir éclaira mon sombre tableau: travailler, se remplir l’esprit de mots incompréhensibles, les retenir pour ne pas songer au reste. Doucement je levais ma plume, regardais l’effet que ça avait sur mon humeur, et prudemment, relisais mon texte avant de le ranger dans un tiroir, tout comme mon désespoir.

posted in Petits textes | 3 Comments

12th mai 2007

Saisir l’instantané

Salut à tous! Ces derniers temps j’écris un poème mais ne l’ayant pas encore terminé je vous fait patienter en vous donnant ce petit texte que j’ai inventé le 9 avril 2007, et oui je suis précise pour une fois :) J’espère qu’il vous plaira…

Saisir l’instantané.

Je saisis l’instantané, attrape le vent. Il me regarde malicieux et me sourit avant de s’en aller, libre, en me caressant le visage. Je le suis d’abord du regard et alors qu’il tourbillonne dans le champ, tournant autour des arbres, fredonnant une mélodie douce comme l’été accompagné par le chant des feuilles il revient auprès de moi, me nargue. Je me prend à son jeu, lui cours après. Il ralentit, m’attend patiemment en jouant avec les oiseaux et quand je le rattrape enfin à bout de souffle il reprend sa course folle, bien plus endurant que moi. Mais je n’abandonne pas têtue, enjambe habilement les rochers et patauge dans la rivière tandis que lui effleure à peine le visage de l’eau. Soudain j’arrive au bord d’un précipice, oscille près du vide, la vitesse m’emportant. Alors bon joueur, le vent me pousse vers la terre ferme et c’est avec soulagement que je m’étale dans l’herbe me raccrochant à elle. Il a gagné, encore une fois. Nous nous serons la main et nous allongeons sur le sol pour nous reposer. Après une course aussi effrénée, même le meilleur coureur à besoin de repos et rien ne vaut mieux que le chant des cigales pour nous bercer.

posted in Petits textes | 4 Comments