Souffle Mots

La Louve du lac

31st août 2007

La Louve du lac

posted in Légendes |

Salut!

Me voilà revenu de vacances… aie les dernières. N’ayant rien écrit durant cette semaine (bah oui, plage, bouquin, plage….) je vous montre un texte qui date de juin où je mélange prose et poésie.

Je l’avais fait pour un de mes forums à partir d’une image imposée mais j’arrive pas à vous la mettre…je vous donne le lien direct au forum alors: http://lesterresoubliees.forumpro.fr/Place-d-affrontement-f28/Concours-pour-les-un-an-du-forum-t617-0.htm L’image est celle qui devait être dans le texte. Mais bon, je vous mets une image de loup quand même….je les adore.. Bonne lecture :) __________________________________________

La louve du lac.

Vous est-il déjà arrivé de détenir un secret que vous ne pouvez dévoiler sous peine de passer pour une personne folle? Une chose que vous ne pouvez dire ni même à votre meilleur ami(e) ou votre conjoint? Je ne vous le souhaite pas. C’est un lourd fardeau à porter et nul ne peut vous aider, vous devez rester seul, unique détenteur du secret. Mais parfois, malgré tout, vous aimeriez l’ hurler, que toute la Terre le sache. Seulement c’est impossible, vous le savez bien… Je vais vous raconter quelque chose qui m’est arrivée il y a longtemps, me liant au silence et m’incitant à ne faire confiance qu’à moi même…les autres se moquaient bien trop les rares fois où je le leur ai rapporté. Croyez moi s’il vous plaît ou oubliez moi.

J’étais jeune à cette époque et ne devais pas avoir plus de vingt ans. Je me promenais en forêt ce jour là, si j’avais su je n’y serai jamais allée… Le soleil était haut dans le ciel et l’après-midi s’annonçait chaud. Après une heure de marche la chaleur devint insupportable et je me dirigeais alors vers le lac situé au milieu du bois. Tandis que je brisais la monotonie de l’étang y trempant mes pieds et arrosant mes bras d’eau fraîche j’aperçus soudain une chose à la surface. Ne distinguant pas ce que c’était je dus attendre qu’elle se rapproche, poussée par le vent pour l’attraper et l’observer. C’était un bout de papier sur lequel était dessiné quelque chose pour l’instant flou. Il était trempé et ayant peur de le déchirer en le manipulant je le déposais au soleil. Je patientais un moment rêvant à ce qu’il pouvait y être marqué. Mes espérances avaient de grandes chances d’être déçues, des papiers, ils y en avaient des centaines qui jonchaient la forêt et je ne m’y étais jamais intéressés… à quoi bon si c’étaient des emballages de gâteaux. Seulement celui là attirait mystérieusement mon attention et éveillait mon imagination. Quand il fut sec je le regardais attentivement déjouant les mirages provoqués par l’eau. L’image était spectaculaire! Mais au lieu de vous la décrire car ce sera loin de la vérité je vais vous la montrer: Soudain une mélodie emplit mes oreilles, tout d’abord faible elle s’amplifia petit à petit. Envoûtée je fermais les yeux et me laissais emporter par les paroles…

Mon chéri, mon amour,

Dès le premier jour,

Ton regard si rassurant m’a séduit,

Et je rêvais de toi toutes les nuits.

 

Au début j’étais la seule à te chérir,

Mais tu m’as très vite rendu mon sourire.

Nous vécûmes des moments de bonheur ensemble,

Et tu es toujours à mes côtés il me semble.

 

Seulement ce n’est qu’une illusion,

Un mirage une hallucination.

Aujourd’hui lugubre soir d’hiver,

J’ai choisis de t’écrire ces vers,

Pour qu’ enfin en cette nuit noire,

Tu comprennes mon désespoir.

 

Je baigne dans la tristesse,

Je voudrais que cela cesse.

Les larmes coulent sur mon visage,

Tout oublier serait bien plus sage.

 

Nul ne peut comprendre,

La douleur d’attendre,

Un homme qui ne reviendra jamais,

Et que l’on ne peut arrêter d’aimer.

 

Cela fait déjà tellement longtemps…

Nous étions partis au bord de l’étang,

J‘étais suspendue à tes lèvres,

Cependant notre joie fut brève.

 

Brutalement tout s’enchaîna,

Et notre bonheur se fana.

Une louve devant nous qui gronde,

Alors que nous sommes seuls au monde.

Mon hurlement débordant d’horreur,

Croyant qu’était arrivé mon heure.

La bête féroce qui bondit,

Voulant m’emporter au paradis.

Seulement tu étais avec moi,

Et rapidement tu fis ton choix:

Bravement tu me projetas sur le bord,

Me remplaçant sur le chemin de la mort.

 

Des perles embuaient mes yeux,

Et je ne pus te dire Adieu.

Car avant que je ne m’évanouisse,

Frappée par une pierre destructrice, 

Je vis la louve t’emporter,

Dans le lac pour l’éternité.

 

Dans mon esprit s’insinua le brouillard,

Et je ne me réveillais que bien plus tard.

Je pleurais longtemps, abreuvant les plantes, 

De mes larmes jusqu’à la nuit tombante.

Tel un fantôme je regagnais ma maison,

Regardant le sombre destin à l’horizon.

 

Ce qui était survenu, je n’en savais rien,

Seulement que désormais tu n’étais plus mien.

Quand je racontais ce qui t’était arrivé,

Nul ne me croyait, tous pensaient que je rêvais.

 

La louve pouvait être sereine,

Personne n’irait dans son domaine,

Rendre justice pour son horrible crime,

Me laissant sombrer dans un profond abîme.

 

Comprends tu à quel point je souffre,

De ne pouvoir sortir du gouffre?

J’ai longtemps essayer de tourner la page,

Mais la douleur ne part pas avec les âges.

 

J’ai compris que tu ne quitterais pas mon coeur,

Seul refuge pour trouver un peu de bonheur.

Je ne peux t’effacer de ma mémoire,

Alors j’ai pris ma décision ce soir:

Au moment même où le soleil viendra à poindre,

Mon chéri, mon tendre amour, j’irai te rejoindre.

Je sortis soudain de mon abrutissement, mon coeur battant à un rythme effréné. Je regardais alors le fond du lac. Sous son chatoiement résidait les corps des amoureux et la louve du lac… Effrayée et horrifiée, je bondis sur la berge, ne pensant même plus à m’y baigner.

This entry was posted on Vendredi, août 31st, 2007 at 19 h 06 min and is filed under Légendes. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

There are currently 4 responses to “La Louve du lac”

Why not let us know what you think by adding your own comment! Your opinion is as valid as anyone elses, so come on... let us know what you think.

  1. 1 On septembre 2nd, 2007, Keitaro said:

    Pas facil de meler recit et poésie, c’est un excerice assez compliqué mais tu t’en sors pas trop mal, même plutot bien. :) Et j’adore tes images, elles sont trop belles, surtout la deuxième ^^

    Continu et tu arrivera là où tu veux aller.

    Jul

  2. 2 On septembre 6th, 2007, Paf said:

    salut, keitaro m’a parlé des talents d’une jeune amie ecrivain, je suis venu, et j’ai pu voir qu’il ne s’etait pas trompé, très très jolie histoire, surtout ne t’arrete pas

  3. 3 On septembre 7th, 2007, benjamin said:

    Excellente cette histoire ! Un peu triste mais la chute arrive juste au bon moment, j’adore.

  4. 4 On juillet 31st, 2010, papillon said:

    Bonjour,
    ton histoire est magifique !
    j’ai ressenti les émotions, ton poème d’amours est… y a pas de mot qui le décrit franchement, fantastique se rapproche le plus ! continue comme ça ! ;)

Leave a Reply






    Poetry Blogs - BlogCatalog Blog Directory