Souffle Mots

Les avions de Damas

5th novembre 2013

Les avions de Damas

posted in Petits textes |

Salut !

Ça y est je suis nancéenne ! Maintenant à chaque fois que l’on me demande d’où je viens je ne sais plus que répondre ^^ Paris ?  Beausoleil ? Pourtant j’appartiens aussi à Marseille et la Bretagne.

A Nancy…il fait froid et pour rentrer chez moi j’ai l’impression d’être à l’autre bout du monde. Bon je me plains mais il y a des avantages à être en école d’ingé : il y a beaucoup moins de boulot (d’un côté ce n’est pas possible d’en avoir plus qu’en prépa). Néanmoins c’est étonnant comme on le remplit ce temps libre !  Jusqu’à manquer de temps !

J’ai quand même plus la possibilité d’écrire. Je vous présente alors aujourd’hui un texte écrit en septembre, à la suite d’un événement dont vous avez tous certainement entendu parler. Ce thème m’est venu de Jacky, que je remercie.

Bye et bonne lecture !

______________________________________

Les avions de Damas.

Je refuse…

Ces mots que l’on nous dicte, crissement de la plume sur la feuille tandis que s’envolent des avions de papier. Ne les voyez-vous pas tourbillonner ? Ils portent sur leur dos les rêves d’enfants égarés.

Je refuse…

La ligne droite précédant le point, chemin rectiligne de nos vies ; le pliage à angle droit, copie conforme d’un modèle prédéfini. Les rêves donnent à l’avenir une courbe unique.

Je refuse…

La pluie tombant sur les feuilles et l’espoir qui glisse. Tous ces corps alignés, ces avions de papier. De leurs lignes coule de l’encre.

Je refuse…

Les pieds qui foulent les feuilles et froissent les rêves pour ne plus jamais les entendre voler. Comme il est doux le bruit des plumes caressant l’air ; et simple, lorsqu’elle est à terre, d’écraser la vie. Ils devaient avoir peur de ces oiseaux en papier pour que leur bottes soient, si vite, maculées d’encre.

Je refuse…

L’asservissement des consciences, ces regards qui se détournent du ciel pour se pointer sur le sol et nier l’existence d’un battement d’aile, d’un frémissement au fond d’eux même qui les appelle et les effraie : « Et si j’avais levé les mains, en coupe, pour les rattraper ? » Poussé par la tempête même la raison peut chavirer.

Je refuse…

D’accepter.

Je refuse…

De me taire.

Wikicommons, Jordanbaker30

C’était le 21 Août. Le jour de mes 20 ans et celui de la chute des oiseaux de papier.

C’était le 21 Août : je faisais la fête quand d’autres mouraient. J’ignorais. Suis-je pour autant moins coupable ?

Depuis vingt ans j’ai couvert des pages et des pages d’encre ; des feuilles et des feuilles qui ne savent pas voler, qui n’ont pas de vie. Peut-être autant que le nombre d’avions écrasés sur le sol. Comme ils sont lourds leurs corps inertes gorgés d’eau, presque autant qu’une plume gorgée d’encre sur laquelle repose le poids des responsabilités.

Qu’écrire ? J’ai oublié. La nuit tombe et je ne distingue plus les avions. A peine le frôlement de la plume, un battement d’aile surgi du passé.

A quoi bon graver l’horreur sur la feuille alors qu’elle est là, si proche et si loin, dans le crépitement des radios et les pixels des télévisions ?

Je refuse.

Ce sont des rêves que je veux écrire , un peu d’espoir à suspendre aux ailes des avions en papier. Je veux souffler avec ma plume, souffler si fort qu’un instant ils s’envoleront au dessus des nuages en pleurs, de l’autre côté de l’océan. Petite lorsque je me réveillais en sueur d’un cauchemar il y avait toujours dans mon cou le souffle chaud de ma mère, rassurant.

Tout cela n’est rien, juste un peu d’encre et une feuille. Mais peut-être que grâce à eux, si l’on m’entends, je pourrais donner vie à mes avions de papier.

Pour les voir s’envoler.

Wikicommons, Moondyne

This entry was posted on Mardi, novembre 5th, 2013 at 21 h 36 min and is filed under Petits textes. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

There are currently 9 responses to “Les avions de Damas”

Why not let us know what you think by adding your own comment! Your opinion is as valid as anyone elses, so come on... let us know what you think.

  1. 1 On novembre 6th, 2013, Auria said:

    Puissent ces avions de papier s’envoler très haut et se poser avec douceur dans le cœur du plus grand nombre, comme ils se sont posés dans le mien.
    Très belle poésie
    Auria

  2. 2 On novembre 6th, 2013, jacky said:

    Bonsoir TALISMAN

    Tu viens de nulle part camarade ! LOL
    rien a voir avec la géographie !
    tu viens de l’univers de la poésie
    c’est à dire… du monde de l’esprit
    tu as donc de grandes responsabilités !
    je resterai à tes cotés
    tout le temps qu’il faudra
    simplement pour t’aider !

    bravo pour cette introduction !
    pour les images !
    et bravo pour être….. ! ce que tu es !
    et surtout MERCI !

    a+

    Jacky

  3. 3 On novembre 7th, 2013, Julien said:

    Salut Talisaman !
    Bienvenue en Lorraine ! Il fait pas si froid que ça …faut pas abuser non plus… lol. Dis-toi quand d’ici 3semaines tu auras de la neige ;) Et puis Nancy est une des meilleure ville étudiante, ça bouge beaucoup. Si jamais tu as besoin d’un coup de pouce ou d’un conseil, hésite pas :)

    Beau texte, à la fois tragique et emouvant.

    Et comme notre vieil ami Jacky, où que tu sois, tu es ce que tu es. :)

    Bye

    Julien

  4. 4 On novembre 7th, 2013, talisman said:

    Merci beaucoup pour vos messages.
    je suis contente de croiser une nouvelle lectrice et vous remercie pour votre commentaire poétique Auria !
    Merci aussi à Jacky et Julien bien entendu :)

    je voudrais signaler en passant que l’idée du thème, venant de Jacky, nous avons travaillé tous les deux à un texte sur la syrie et que vous pouvez voir son poème sur son site (dans la barre à droite) : poèmes à la carte.

    A Julien : Pas si froid…j’ai quand même souffert fin septembre ! j’ai hate de voir de la neige mais si elle dure des mois je crois que plus tard elle arrivera mieux ce sera ^^ Et oui je suis à 2 minutes du CHRU de vandoeuvre !
    A julien et Jacky : A St Louis dans la salle de chimie orga, il y avait une citation « Deviens ce que tu es », j’aimais beaucoup :)

    Bye,
    Julie.

  5. 5 On novembre 7th, 2013, Julien said:

    Rien que pour voir la place stan sous lma neige ça vaut le coup :)
    http://www.heymann-photographe.fr/blog/2010/12/25/photographe-nancy-4/
    http://www.routard.com/images_contenu/communaute/Photos/publi/094/pt93080.jpg

    Par contre, ici, l’hiver commence en septembre et se fini en avril…t’es pas rendue ma grande, pense à bien te couvrir lol :)
    J’espère que tu te plaira chez nous. Ma mère y bosse au CHU ;=

  6. 6 On novembre 8th, 2013, jacky said:

    Deviens ce que tu es

    Cette phrase que Niezsche attribue à Pindare, l’un des plus célèbres poètes lyriques grecs, ressemble à un paradoxe. Comme le note Michel Onfray dans son séminaire sur la « physiologie d’Epicure » : comment devenir ce que l’on est déjà ?

    En fait il s’agit d’une aporie, c’est à dire – selon Aristote – d’une question qui place le lecteur ou l’auditeur dans l’embarras pour le pousser à résoudre une apparente contradiction entre des propositions. Nous sommes dans une approche dialectique comme celle proposée par Hegel (actuellement le mot « aporie » a un sens plus large et concerne tout problème insoluble).

    J’AI RECOPIE CETTE EXPLICATION SUR UN SITE INTERNET

    je crois plus simplement que certaines personnes sont plus en devenir que d’autres.
    Je veux dire potentiellement en devenir !
    Ce n’est pas un constat élitiste.
    Victor Hugo à 10 ans devait devenir le Victor Hugo que nous connaissons.
    Mais ! tout le monde ne vient pas au monde avec autant de talent.

    Qu’est ce qu’il y a dans notre graine à la naissance ?
    le potentiel de notre être en devenir….
    c’est dans ce sens que « deviens ce que tu es  »
    est une phrase forcément prophétique

    a+

    Jacky

  7. 7 On novembre 8th, 2013, talisman said:

    Ta mère ?! entre paris et vandoeuvre les Nancy, on peut dire que je serai passée près de mes deux fidèles lecteurs xD je suis d’accord la place Stan est magnifique ^^
    Merci pour avoir partagé avec nous ta vision de cette phrase Jacky. Je la voyais différemment personnellement, mais au fond cela doit se recouper. Je n’y voyais pas le potentiel mais plutôt une invitation à s’accepter soi même, à se connaître, à le revendiquer et à vivre pleinement celui qu’on est sans être étouffé par la société.
    Mais cela demande du travail, d’où le côté « en devenir ».

    Bye,
    Talisman

  8. 8 On décembre 4th, 2013, jacky said:

    Bonsoir TALISMAN

    J’attends la mise a jour du mois de décembre
    en posant une question ?
    les coquelicots fleurissent ils en décembre ?
    j’aimerai que la sœur de Cléopâtre vienne ici commenter la musique du pianiste !
    je sais pourquoi elle ne vient pas !
    mais j’espère l’improbable un peu comme un miracle !
    comme un miracle de la paix et de l’amour
    je ne crois pas en dieu !
    Je crois en l’amour avec une grande foi
    merci à toi la sœur de Cléopâtre de m’avoir enseigné
    a+
    votre ami

    Jacky

  9. 9 On décembre 7th, 2013, talisman said:

    Bonjour,
    Ah ça, je doute ^^ mais nous verrons bien ! J’essaierai de poster aux alentours de Noël mais je ne sais pas encore lequel.
    Et pour la sœur de Cléopâtre…on verra bien. J’ai appris il y a un peu plus d’un an que l’avenir était toujours pleins de surprises, qu’il suffisait juste d’ouvrir son cœur aux millions de possibles.
    Bye,
    Talisman.

Leave a Reply






    Poetry Blogs - BlogCatalog Blog Directory