Souffle Mots

L’ange et la princesse (4/4)

19th mars 2011

L’ange et la princesse (4/4)

posted in Contes |

Salut !

Je vous présente aujourd’hui le dernier volet de ce conte.

La semaine prochaine je déménage deux rues plus haut alors vu que je ne sais pas trop quand je récupèrerai une connexion internet, il est probable que les dates de post soient un peu décalées. En tout cas n’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de la fin du conte, je pourrais toujours lire vos commentaires assez facilement du lycée !

Bye et bonne lecture.

L’ange et la princesse (1/4)
L’ange et la princesse (2/4)
L’ange et la princesse (3/4)

_______________________

L’ange et la princesse (4/4)

Ceux qui haïssent quelqu’un c’est simplement qu’ils ne savent pas comment l’aimer. On peut aimer sensuellement, on peut aimer spirituellement…et un jour on aime passionnément. La première fois que je l’ai aperçue mes yeux ont caressé son corps, frisson de l’âme effleurant l’esprit. C’est à notre insu que naît la passion…alors ne m’en veux pas si je t’aime…

L’ange marchait, le Soleil entre ses mains. Il traversa la pièce et je le suivis. Est-ce cela aimer quelqu’un, être capable de lui faire confiance, de fermer les yeux et d’avancer dans le noir sur ses pas, de descendre jusque dans les tréfonds de notre âme ?
Malgré la bougie la pièce semblait obscure et comme sur ses gardes, animée par la volonté de protéger un secret dont chaque foulée me rapprochait.
Je n’avais pas oublié cette mystérieuse pièce interdite, cette forme inconnue…la vérité me hantait.
Tout à coup la porte pivota et je fus happé par ton regard. Tu ne dis rien, pas un mot. Nul mouvement, nul battement de cil ne t’anima. Tu me souriais de ton sourire figé, statique, paralysé…un sourire d’automate.

C’était elle. Elle que j’aimais depuis le premier jour, elle qui m’écoutait chaque soir, elle qui mettait un peu de douceur et de magie dans ma vie…
Toutefois lorsque je m’approchai le doute se dessina sur mon visage. Ses bras étaient trop longs, trop rigides, son buste n’était qu’un large rectangle, sa jupe n’avait aucun pli et malgré son sourire son visage n’avait rien d’humain, une sphère. Étonné et dans l’incompréhension la plus complète je me tournai vers l’ange. Dans ses mains il tenait un ciseau à bois.
«Offre-moi un peu de ton âme, Prince, je me sens vide.» J’étais un cancre, la risée de mon école, la honte de mes parents. Pourtant cette nuit je fus Prince et une gouge à la main je bâtis mon empire.

Je travaillais toute la nuit et le jour d’après sans me soucier ni de la fatigue ni de la faim. Pour la première fois de ma vie je me sentis utile. Minutieusement je frappais le bois et y appliquais de légères pressions à tel ou tel endroit. Je caressais ma princesse pour y imprimer les formes de mon affection, les traces de ma dévotion ; je l’habillais d’une splendide jupe plissée ; je tressais ses cheveux, lui dessinais de courtes nattes bouclées ; je bombais ses pommettes d’un tendre effleurement ; je taillais dans le bois mon amour.
Durant tout ce temps l’ange resta à mes côtés et ce n’est que lorsque j’eus terminé qu’il me dit ce mot, ce simple mot venant du cœur : «Merci».
Et s’il n’y avait pas eu ce toit au dessus de la boutique de jouet je crois que je me serais envolé.

L’espoir se dressait devant moi, façonné par mes propres mains. Enfin je pouvais contempler le résultat de mon travail. Quelle étrange émotion que celle qui s’emparait de mon être ce soir là. Je me redressai, levai la tête, bombai le torse et regardai droit devant. J’étais fier, non pas de qui j’étais car leurs sarcasmes étaient trop profondément ancrés en moi pour les oublier, mais de qui elle était, elle que j’avais créé, que j’avais fait naître du néant. J’étais fier de ma princesse et j’eus souhaité lui offrir le plus bel avenir qui existait. Mais comment donner un avenir à la personne que l’on aime lorsque soit même on n’en possède aucun ?
Quand je demandai conseil à l’ange et requérai son aide il me sourit et m’invita à s’asseoir près de lui. Ce soir j’aimais en paix…et il le ressentait.

Les légendes sont toujours fragmentaires, partielles. Elles modifient la vérité et en dissimulent une partie. Personne ne soupçonnait que les propriétaires de la boutique de jouet euent pu avoir un enfant. Personne ne savait que les femmes pouvaient accoucher d’anges. Alors comment aurais-je pu me douter que mon ange n’était pas tomber du ciel ?

«Toutes les princesses se fanent un jour…même la nôtre. Chaque soir je le vois elle peine un peu plus à me confectionner un morceau d’avenir. Je n’aime pas la voir se démener ainsi, se fatiguer. Alors je m’étais mis en tête de fabriquer un nouvel automate avec en son cœur tout autant de magie.
J’ai compris récemment qu’à chaque être auquel on tient on lui offre un morceau de son avenir pour qu’il puisse s’il le souhaite, bouleverser notre vie. Moi, j’ai fait don il y a longtemps de mon avenir à la Princesse. Désormais je suis vide, vide de tout avenir car je vis au travers de la princesse. Mais toi tu as de l’avenir, un bel avenir. Tu as peut être détruit un avenir hier soir toutefois je sais que tu es capable de créer des centaines, des milliers d’avenirs !
Insuffle l’avenir à cet automate que tu as fait naître. Y a t-il plus bel avenir que celui d’en offrir un aux autres ? Je sais que tu y parviendras. J’ai confiance.»
Et il avait un étrange sourire que je ne lui avais encore jamais vu, de celui qui dit : «Nous partageons le même secret», de ces sourires mystérieux auxquels on reconnait nos amis.

Tout à coup l’ange me prit la main. «Suis moi Prince ! » On a couru, on a couru tellement vite au travers de la boutique de jouet que parfois mes pieds ne touchaient plus le sol. Autour les bulles multicolores virevoltaient et me faisaient perdre tout sens de l’orientation. Si l’ange ne m’avait pas retenu probablement que je serais tombé au sol.
«Attends…
Non ! »
C’est étrange de recevoir un ordre d’un chérubin. C’est comme tomber du ciel…Soudain il s’arrêta. Nous étions en face de toi, mon automate.

Je t’avais donné la vie, je t’avais confié tous mes espoirs, j’avais déposé en ton cœur une part de moi même et il était temps désormais que je partage avec toi mon avenir.
«Tu as commis une erreur, déclama l’ange ; répare-la.» Un moment je restai immobile à me demander comment je pourrais m’y prendre.
«Mais personne ne m’a jamais dit comment créer l’avenir, expliquai-je.»
L’enfant m’indiqua l’automate d’un signe de la tête. «Elle, elle le sait. Sans le savoir tu lui as appris.»
Toute notre vie on ne fait que reproduire les gestes, les mouvements, les paroles de nos aïeuls, de ceux qui nous entourent, nos amis, notre famille…mais au moins on y met notre cœur.
Je jetai un regard à mon ange. Dans ses mains il y avait une boîte à chaussures. Ne serait-ce qu’une fois dans notre vie on agit aux yeux des autres de façon irraisonnée. Alors ne me demandez pas pourquoi ce soir-là je saisis la boîte à chaussures.

«Princesse, offre moi un peu de ton âme, je me sens vide.»
Ce n’est d’abord que frémissement de la peau, battement de sourcils. On voit un mouvement infime et on pense l’avoir juste rêver. Puis les commissures des lèvres se redressent lentement, les yeux s’illuminent et c’est tout un corps qui s’anime. Combien de fois avais-je assisté à ce rituel ? Dix, vingt, trente fois ? Ce soir ce fut comme si rien ne c’était jamais passé, comme si j’étais revenu à cette nuit où j’avais rencontré la princesse pour la première fois. Cependant cette fois-ci je n’observais pas ; je vivais.
Tandis que l’automate s’appliquait telle une araignée à tisser la toile d’un avenir j’élevai au dessus de moi la boite à chaussure. Ce n’est que lorsque la bulle de savon se fut envolée, quittant le doux nid des mains de la princesse, que je compris la raison d’être de tout ceci.
Ce fut comme une illumination, un éclair dans la nuit de l’ignorance. J’avais mon rôle à jouer dans ce monde. Certains ne me croiront pas, d’autres me prendront pour un fou mais qu’importe car désormais je savais pourquoi j’étais là-bas, cette nuit.
Je lâchai la boite à chaussures. Doucement, inévitablement, la bulle descendit vers le sol. L’ange avait ouvert de grands yeux effrayés : «Que fais-tu ?»
Et l’univers continuait de tomber, chute inéluctable tandis que la crainte de l’enfant grandissait. Les anges aussi peuvent douter.
Quand le monde fut enfin à ma portée je pris une grande inspiration, me tournai vers le chérubin et soufflai. La bulle de savon fut propulsée à travers la pièce, comète multicolore.
Pour la première fois j’eus en face de moi non plus un ange mais un être humain. Son visage n’était plus celui confiant et souriant qui s’était opposé à ma haine une nuit. Il y avait sur ses traits de la peur, de l’incompréhension, de l’étonnement, un refus dissimulant une terrible envie, l’envie de dire «oui». Puis il y eut un sourire, de la reconnaissance et, si je ne m’abuse, une étincelle d’amour.
Les anges sont humains.

L’avenir percuta l’enfant et la bulle éclata. L’avenir percuta l’enfant mais chaque gouttelette s’accrocha à lui. C’était comme une pluie de lumière…des larmes d’anges.
Et je frappais dans mes mains au rythme de la fugue. Je tournais autour du chérubin : «Tu as un avenir ! »
Soudain l’ange se mit à rigoler. C’était si doux, si mélodieux. J’aurais voulu qu’il rie toute ma vie.

Si les anges sont fait pour veiller sur les Hommes, qui donc prendra soin d’eux ?

Les mois avaient passé, les années s’étaient écoulées. On avait grandi. Depuis quelques semaines tous les soirs un léger voile de neige recouvrait la ruelle de mon enfance tandis que les chérubins l’emplissaient de leur rire. L’ange et moi nous avions repris la boutique de jouet, on l’avait retapé, dépoussiéré avant de la peindre de magie. Et dehors, encastrés dans la roche, il n’y avait plus un automate mais deux. Deux princesses qui faisaient la joie des enfants.
Une légende raconte que de notre vie nous n’avons plus jamais quitté le magasin.
«Entre ces murs nous faisons bien plus que vendre de simples jouets, disait mon ami ; on fabrique.
Que fabriquez-vous ?» Demandaient les curieux.
Alors toujours à ses côtés je répondais avec un clin d’œil : «Les anges ne sont que des enfants à protéger. Nous en sommes leur chevalier.»
Devant la boutique une foule s’était amassée. Ils levaient des yeux ébahis tandis qu’un murmure se répandait. «Regardez ! »
Les princesses avaient joint leurs mains d’un commun accord. Dans chaque adulte il y a une part d’enfant, une part d’ange. Au dessus de nos têtes des milliers de bulles de savon virevoltaient, des milliers d’avenir resplendissaient.
«Soufflez les enfants, soufflez ! Ne laissez pas les mondes éclater…»
Alors dans la ruelle naquit un souffle d’espoir tandis que se levait un vent d’avenir. Les anges riaient et vous riiez avec eux, Princesses.

This entry was posted on Samedi, mars 19th, 2011 at 9 h 22 min and is filed under Contes. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

There are currently 9 responses to “L’ange et la princesse (4/4)”

Why not let us know what you think by adding your own comment! Your opinion is as valid as anyone elses, so come on... let us know what you think.

  1. 1 On mars 22nd, 2011, jacky said:

    Bonsoir Talisman

    Je suis abasourdi par ce que je viens de lire !
    comment te faire comprendre ce que je ressens ?

    Car là, je ne comprends pas trop ce qui se passe
    c’est encore différent
    et de mieux en mieux.

    le vocabulaire est très beau et plus précis
    l’imaginaire est dense
    et la poésie est aérienne

    Mais le début : ? ? ! !
    Décoiffe carrément :

    Ceux qui haïssent quelqu’un c’est simplement qu’ils ne savent pas comment l’aimer. On peut aimer sensuellement, on peut aimer spirituellement…et un jour on aime passionnément. La première fois que je l’ai aperçue mes yeux ont caressé son corps, frisson de l’âme effleurant l’esprit. C’est à notre insu que naît la passion…alors ne m’en veux pas si je t’aime

    Ca ! c’est à tomber par terre LOL

    C’est tellement mature que cela fait un peu peur.
    c’est profond comme du vécu, c’est cela qui me parait impossible !
    Que te dire de Plus ?
    Là franchement je suis muet d’étonnement !

    Montre ce passage à d’autres et attends leur avis.

    L’histoire est bien construite.

    La première photo est surprenante !
    C’est quoi !

    Excuse si je remets sur ton site une partie de ce que je t’ai déjà dit, mais c’est excatement l’analyse que je fais de cette 4eme partie

    A+
    Bravo me semble insuffisant LOL

    Jacky

  2. 2 On mars 22nd, 2011, talisman said:

    Bonsoir Jacky,

    Merci tout d’abord de ton passage et de ton commentaire. Ce n’est pas grave si tu me l’as déjà dit. Les compliments font toujours plaisir, je ne peux pas dire le contraire !
    La première photo…je l’ignore. Je l’ai trouvé sur wikicommons je crois. Elle me plaisait bien. J’apprécie les images sur lesquels on ne distingue pas les visages des personnes car alors c’est plus universel.

    Bye,
    Talisman

  3. 3 On mars 23rd, 2011, jacky said:

    Bonsoir

    Bien vu pour l’universel !
    comment pourrait- il être personnel !?
    Et pourtant, il s’enracine aussi en chacun de nous
    Il est « un » et indivisible
    Il est tout.
    Quand il est relié à quelque chose d’artistique
    C’est peut être là qu’il est le plus émouvant.

    Le passage qui débute ta 4eme partie
    appartient a une vision universelle de l’amour
    Quand tu es si prés….le ressens tu ?
    C’est toujours une émotion ou tu es sûre de la vérité
    de ta création.
    Est ce que tu sens intuitivement ce que je veux dire ?

    a+
    Jacky

  4. 4 On mars 23rd, 2011, jacky said:

    re

    BREF ! cela sent l’Absolu

    N’est ce pas ?

    Jacky

  5. 5 On mars 23rd, 2011, talisman said:

    Bonsoir,

    Être sûr de la vérité de sa création…je pense que si on écrit une émotion avec son cœur, on peut être sur qu’au fond il y a du vrai. On ne peut jamais vraiment savoir si c’est une vérité universelle ou qui s’applique juste à nous mais on peut être sur que l’on ressent ce que l’on écrit. Je ne sais pas si c’est ce que tu voulais dire.
    Si près…près de quoi ? De la vérité ?
    Oula l’Absolu, déjà que malgré ta définition je n’ai compris qu’approximativement ce que c’était ! Sur ce point je ne peux me prononcer ^^

    Bye,
    Talisman.

  6. 6 On mars 24th, 2011, jacky said:

    Bonsoir Talisman

    Avec le temps… tu discernes immédiatement
    ce qui n’est pas uniquement ta création artistique
    mais ce qui relève aussi des grandes vérités universelles
    non relatives, c’est à dire Absolues.

    Certaines de ces émotions là peuvent s’exprimer trés différemment et pas uniquement par le langage parlé ou écrit.

    Relie « ton pasage » bien que tu en sois l’auteur il n’est pas que de toi.
    « C’est à notre insu que nait la passion » est une vérité qui appartient à toute l’humanité.
    Au delà même de tous les langages.
    Mais cela sous-entend aussi que la conscience que nous avons du phénomène de la passion obéit à des régles qui dépassent justement notre entendement.
    C’est à ce moment précis de ton raisonnement que s’ouvre
    la conscience universelle
    Car ces régles existent belles et bien car il est possible
    de les imaginer.
    Je sais , c’est pas facile ce genre de truc…
    Mais à force de manier ces concepts là on finit par « ressentir » .

    a+
    Jacky

  7. 7 On mars 24th, 2011, jacky said:

    re

    je te mets un extrait d’une chanson de Ferrat qui s’appelle
    la paix sur la terre /

    Parce qu’ils ont un jour atteint l’Universel
    Dans ce qu’ils ont écrit cherché sculpté ou peint
    La force de la France c’est Cézanne et Ravel
    C’est Voltaire et Pasteur c’est Verlaine et Rodin.

    Juste pour te dire :
    atteindre l’universel peut être la finalité
    de l’expression artistique, de l’invention scientifique et de l’évolution humaine.

    Pour la plupart d’entre nous il ne nous est même pas donner dans avoir conscience lors de ce cours passage sur la terre.

    A méditer LOL

    a+
    Jacky

  8. 8 On mars 25th, 2011, talisman said:

    Bonsoir,

    Merci de ta nouvelle explication sur l’absolue, je comprends un peu mieux !
    Les paroles de la chanson de Ferrat sont jolies. L’universel, un bel objectif à viser dans la littérature tu as raison.

    Bye,
    Talisman.

  9. 9 On mars 29th, 2011, Julien said:

    Coucou, absent depuis trop longtemps je vais prendre le temps de tout lire d’ici une semaine.
    Je suis blindé de boulot et comme j’ai changé (pas de boite mais de métier) je n’ai pas trop le temps et suis HS les soirs.

    Promis je m’y mets rapidement, désolé de pas être venu plus tôt.

Leave a Reply






    Poetry Blogs - BlogCatalog Blog Directory